22 mars 2018 - Journée mondiale de l’eau : la nature pour l’eau !

Article mis à jour le 15/01/2019

Le 22 mars est célébrée la Journée mondiale de l’eau et le thème de cette édition 2018 met en lumière les différents mécanismes naturels qui préservent notre eau.

Comment la nature préserve nos ressources ?

... EN QUANTITÉ : La nature comme réserves naturelles.

Le sol joue un rôle essentiel pour la ressource en eau car il est capable, comme une éponge, de retenir l’eau. Lorsque tombe la pluie, l’eau s’infiltre dans le sous-sol et s’accumule formant ce que l’on nomme : les nappes souterraines.

Les zones humides sont des écosystèmes qui jouent un rôle essentiel dans la disponibilité de la ressource en eau. Étangs, prairies humides constituent des zones d’absorption et de stockage de l’eau. Ces grandes quantités d’eau sont restituées petit à petit et contribuent à maintenir la pérennité des écosystèmes environnants lors de la saison sèche. Ces milieux ont également une fonction d’épuration de l’eau.

Les forêts tropicales humides forment un couvert végétal qui limite le ruissellement de l’eau sur le sol et favorise l’infiltration de l’eau de pluie en augmentant la perméabilité des terrains. La végétation a donc un rôle important dans la recharge des nappes d’eau souterraines. L’eau contenue dans le brouillard est aussi captée par le phénomène de rosée. Les avounes des hauts de l’île en sont le bel exemple, collectant au goutte à goutte cette eau en suspension dans l’air. Plus d’eau est ainsi retenue sur l’île.

... EN QUALITÉ : La nature comme filtres protecteurs.

Les végétaux forment un couvert végétal qui protège les rives des cours d’eau. La végétalisation des berges réduit ainsi l’érosion du sol lors des ruissellements. Cela limite l’apport de matière dans l’eau et préserve les captages d’une forte turbidité de l’eau. La végétation permet d’éviter la concentration des écoulements et facilite la dépollution de l’eau.

Les micro organismes du sol et contenus dans l’eau contribuent à décomposer la matière organique pour la recycler. Champignons et bactéries sont des maillons essentiels de l’écosystème, facilitant l’épuration de l’eau contenue dans le sol. Certains polluants présents dans l’environnement sont également concernés. Par exemple, les nitrates sont éliminés par des bactéries qui se développent en absence d’oxygène.

Le sol agit comme un filtre mécanique : l’eau de pluie va absorber des particules fines contenues dans l’air au moment de sa formation et de sa précipitation. La qualité de l’air a donc une incidence sur la qualité de l’eau de pluie. Lorsqu’elle s’infiltre dans le sol, certaines particules qu’elle transporte sont retenues par les composants rocheux du sol. De plus, tout au long de son infiltration, l’eau va se charger de minéraux, nécessaires au bon fonctionnement de notre corps. La qualité de l’eau est donc aussi dépendante de la qualité du sol.

Préservons la nature pour préserver la ressource en eau !

Télécharger la version PDF