Les intrusions salines

Article mis à jour le 03/06/2016 par Julien BONNIER

La Réunion dispose de ressources en eau abondantes dont l'exploitation peut être contrainte par le sel des eaux océaniques. La majorité des ressources en eau exploitées se trouve, en effet, sur la bordure littorale, à proximité du milieu marin ; Une des contraintes limitante est l'invasion marine des eaux souterraines dans les nappes de base littorale.

Les facteurs climatiques influencent aussi l'importance des intrusions salines à l'échelle d'un aquifère entier. Ainsi dans l'Est de l'île, les pluies abondantes et régulières favorisent la recharge des nappes souterraines et réduisent le risque de salinisation des aquifères alors que dans l'Ouest, les faibles précipitations sont un facteur aggravant des risques d'intrusion saline.

Des facteurs anthropiques modifient également l'équilibre entre l’eau douce  et l’eau salée de manière plus locale à l'échelle des zones d'exploitation des eaux souterraines. Cependant, lorsque l'exploitation s'intensifie sur un petit territoire, l'influence sur la ressource peut s'étendre à tout ou partie d'un aquifère.

Dans l’état des lieux du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), il est confirmé que les intrusions salines sont à La Réunion l’une des principales causes de détérioration de la qualité des eaux souterraines. Dans sa première orientation fondamentale, ce document préconise le renforcement des suivis pour prévenir et réduire les intrusions salines ainsi que le lancement d’études pour comprendre le fonctionnement des phénomènes de salinisation des aquifères côtiers.

Depuis les années 1990, l’Office de l’eau s’est engagé dans le suivi des intrusions salines. En 2010 et en 2012, l’établissement a apporté son soutien à des actions visant à améliorer la connaissance sur cette problématique auprès de partenaires scientifiques, tels que le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) et l’Université de La Réunion.

En 2013, un projet d’étude visant (i) à définir un réseau départemental de suivi des intrusions salines et (ii) à améliorer la connaissance sur les facteurs complexes qui contrôlent les processus de salinisation a été lancé afin de se doter d’outils de gestion durable des masses d’eau souterraine. Fin avril 2016, l’Office de l’eau a publié un rapport qui présente les résultats de la phase expérimentale de cette étude.

Ce projet a permis de retenir 46 ouvrages répartis sur l’ensemble de l’île pour constituer un réseau départemental de suivi des intrusions salines à La Réunion. Les objectifs de ce réseau sont de suivre l’influence de la marée, des précipitations et des prélèvements d’eau sur les modifications de l’équilibre entre l’eau douce et l’eau salée.

Comme le montre la carte ci-dessous, la poursuite de la surveillance des nappes côtières dans les secteurs de la côte Ouest et Sud est préconisée du fait de leur caractère stratégique et hautement vulnérable. Sur les secteurs Nord et Est, moins sensibles vis-à-vis de l’intrusion saline, le suivi sera maintenu pour anticiper une éventuelle modification des équilibres.

Carte de localisation des points du réseau de surveillance et zonage des intrusions salines :

Accéder au rapport d’étude (43Mo)