Le suivi quantitatif de l'eau

Article mis à jour le 31/03/2016 par Julien BONNIER et Ulysse GIRONCELLE

Les ressources en eau se répartissent inégalement en fonction des reliefs et des vents dominants qui concentrent les masses d’air humides essentiellement sur la moitié Est de l’île de La Réunion.

Elles alimentent 13 rivières pérennes et 27 masses d’eau souterraine.

La réalisation des projets d’aménagement du territoire et la gestion durable des ressources en eau doivent s’appuyer sur une connaissance fiable de leur état quantitatif et de ses variations spatio-temporelles.

Pour cela, un système de réseau suivi a été initié dans le département dès les années 60-70 par l’Institut de Recherche pour le Développement (ex-ORSTOM).

Ces réseaux ont évolué au cours du temps pour s’adapter aux besoins en termes de connaissance et d’aménagement du territoire (REDETAR en 80-90 puis l’Observatoire Réunionnais de l’eau de 1992 à 2003). Ils constituent aujourd’hui des outils opérationnels d’aide à la décision et concourent à la définition et à la mise en œuvre d’objectifs environnementaux.

Le réseau de suivi est constitué de 28 stations de mesure en continu de la variation du niveau des nappes souterraines, de 22 stations d’enregistrement en continu du débit des cours d’eau et de 24 stations de mesures mensuelles du débit des cours d’eau.

Les données sont acquises toutes les 30 minutes pour les eaux souterraines et toutes les 12 ou 6 minutes sur les cours d’eau. Elles sont transmises quotidiennement par téléphonie mobile puis mises en ligne dans la Banque des données de l’Office de l'eau Réunion. Elles permettent de suivre l’évolution de l’état quantitatif des principales ressources en eau du département et de caractériser leurs cycles hydrologiques.

Des études sont publiées régulièrement dans les Chroniques de l’eau Réunion. Elles portent principalement sur l’analyse des variations mensuelles et font le bilan des saisons sèches et humides.